Forets, volcans

24/11/09

Bogor et parc national de Gunung Halimun

Notre tour ne part que vers 10h, ainsi j’ai tout mon temps de visiter les jardins botaniques Kebun Raya. Ce magnifique parc se trouve au coeur de la ville. Il fut créé par le botaniste allemand Reinhardt du temps des Hollandais et non pas par Sir Raffles – légende anglophile ou simplément parce qu’un monument en souvenir de lady Raffles se trouve près de l’entrée principale?

Partout, des chemins pavés de galets décoratifs.

de jolis pavages

On longe le lac principal avec ses plantes aquatiques

de droles d'assiettes

nenuphar

menant à l’arrière de l’ancien palais présidentiel. Accès très restreint à cause du goût très prononcé de Soekarno pour les femmes dévêtues dont les effigies forment l’essentiel de la collection. Sinon, il n’y a pas grand chose à dire de ce bâtiment blanc et massif.

À  l’ouest du lac s’étend un beau jardin à la française, dû à M. Teijsman. De beaux parterres de lys.

une des fleurs du parterre Teijsman

lys

Dans ce coin est également situé le petit zoo – au temps des gouverneurs, on élevait du gibier dans ce parc énorme.

À l’est du lac, on trouve une belle collection d’orchidées, une collection de palmiers très complète et, last not least, une maison de thé – bien venue car après 2h de promenade, je tire la langue. Entre les deux torrents de Bogor qui traversent le parc, on a de belles vues sur des jardins escarpés et de  groupes d’arbres impressionnants.

une belle vue

ici, les fromagers sont a l'aise...

Il est grand temps de rejoindre le 4X4 qui doit nous amener dans le parc naturel, et extrêmement pluvieux, de Gunung Halimun.

On part finalement à 5: l’organisateur, le chauffeur, un accompagnateur (parle l’anglais), une jeune Hollandaise et moi.

Avant de monter, on visite une fabrication artisanale de gongs et d’autres percussions qui constituent les instruments de l’orchestre gamelan. Un de ces instruments, intéressant, est un « xylophone »  en bronze – le Slentem. Un ouvrier est chargé d’accorder les lames en enlevant de la matière avec un racloir en jugeant l’effet produit par l’ouie.

lames presque finies

a l'approche de l'accord

Nous reprenons la route qui monte drôlement en se tortillant: des montagnes russes!

Et voilà la pluie!!!

Elle ne nous quittera pas pendant le temps que nous passons sur ces anciens volcans. La nature  ici est résolument verte, luisante d’humidité. La route entrecoupée par des gorges abruptes, cachée par les nuages très bas. Une nature exubérante!

traversee du torrent

Nous arrivons enfin au village où nous allons passer la nuit. 60 âmes au milieu des rizières, entourées de la forêt pluviale, baignée éternellement dans les nuages.

notre village

La maison en bambou qui nous hébergera s’atteint par un chemin acrobatique dans les rizières, on est au sec et gentiment accueillis.

Mais la vue est dominée par les nuages .

nuages sur les montagnes

Le but cet après-midi est la cascade « du coin », pour arriver en bas de la chute, on descend un chemin un peu glissant par la pluie. Pour moi, la descente était limite. La remontée l’était encore plus. J’arrive à la maison complètement vanné.

beignade dans la cascade

Tandisque je me repose, bien au sec avec un thé à la main, les autres vont remettre ça: bains d’eau chaude à la source thermale en proximité du village.

Nous finissons la journéé avec un dîner indonésien très varié: riz, tofu frit, tofu goût fromage, bakmie goreng, poulet, légumes en salade, thé. Crée en rien de temps par nos guides indonésiens.

Je m’endors au chant en répons des mouezzins de la vallée.

Pas besoin de me bercer.

25/11/09

Puncak et Cipanas

Après la nuit sous la pluie incessante, le matin est « sec » , il ne pleut que légèrement. Il faut attendre notre arrivée à Bogor pour apercevoir un petit soleil timide.

Visite chez un artisan de marionettes en sortie est de la ville. Un travail très long: la tête prend une journée, la marionette complète, peinte et habillée, une semaine. Tout est fait à la main: un coûteau bien affuté et du bois d’un grain extrêmement fin.

marionettes du Ramayana

autres marionettes

le bon dieu oiseau Garuda

Nous roulons maintenant vers l’est vers le col puncak. C’est un passage ultratouristique entre Jakarta et Bandung. C’est le cirque sur la route bordée tout de long par des hôtels de luxe et moins « luxe » et toute sorte de stands de souvenirs et autres restaurants chics et ambulants: tout!

Presque au col, une visite plantation de thé assez opulente – balade et dégustation.

Il commence à faire beau (et chaud).

Après cette contrepèterie facile, on traverse la ville très congestonnée de Bandung, capitale du Java central. Nous la quittons enfin en direction sud vers Cipanas près de Garut.

Fin de cette étape. Les hôtels à Cipanas sont tous reliés à un système de distribution d’eau thermale: chaque chambre a son bassin d’eau bien chaude; le luxe, quoi…

Un repas très soigné avec saté et diverses choses grillées finit la journée.

26/11/09

Gunung Papandayan

Après une toilette de luxe – tout en étant assis dans bain d’eau thermale et un petit déjeûner succinct, nous nous apprétons à monter sur Gunung Papandayan, actuellement le volcan le plus actif de Java (dernière grosse explosion en 2002). Ses flancs sont malgré tout très peuplés, la grande fertilité des terres permet une agriculture très rentable et sans engrais: rien que du bio!

Notre route ne cesse de monter façon montagnes russes en passant par des récoltes de Maïs et de magnifiques têtes de choux. Enfin, à 2600 m, nous arrivons au grand parking des visiteurs. Les nuages sont bas et c’est cuit pour les belles photos.

Nous commençons notre ascension. Le cratère, un peu en contrebas du pic, émet d’épaisses plumes de fumées, certainement nocives.

Hélas, à mi-chemin, j’ai dû m’arrêter: manque d’oxygène et un peu d’intérêt « visuel » – nous sommes dans les nuages. De temps en temps les nuages se déchirent et on est confronté à un paysage de désolation

une veritable desolation

solfatara

De temps en temps on entend des bruits comparables à une cocotte géante ayant atteint la pression limite; pas très rassurant tout ça…

Quand les autres, ayant eu le courage de monter au cratère, me rejoignet au retour, on descend vers le parking – sous la pluie, évidemment.

On retourne vers Garut. En chemin, on visite une très jolie exploitation de riz avec des toutes petites terraces

petite riziere

Après le déjeûner dans un Warung (restaurant plus ou moins ambulant, en bord de route) nous mettons le cap sur Masimalaya.

Nous nous arrêtons une dernière fois pour visiter un village traditionnel dans une vallée profonde. Ce sont des Sundae, éthniquement et bien différents des Javanais habituels. Ce Ils sont pratiquement autonomes et fonctionnent selon un mode social d’entraide – la ville est bien loin et le chemin pour atteindre la route très dur à grimper (400 marches). Moi, j’en ai eu ma claque pour cette journée!

village traditionnel

Là, c’est la fin du petit voyage; je prends le train pour Yogyakarta et nos accompagnateurs rentrent sur Bogor. Quelqu’un de l’hôtel à Yogyakarta a eu la grande gentillesse de m’attendre jusqu’à l’arrivée du train à 2h30 !

Au lit!!!

Publicités

One response to this post.

  1. Posted by Hody Dieter on 30 novembre 2009 at 15:25

    Hallo Peter
    Danke für dein Lebenszeichen aus Indonesien; geniesse die reise, die Wärme und überhaupt alles.
    Hier schneit es z.Zt. heftig! BRRRRRRRR,,,,,,,,,,,
    Viele Grüsse
    Dieter und Muschi

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :